La poésie ce matin (15)

 

À la page des champs
au-dehors
ou contre le mur de la nuit
j’en reviens toujours
à ces voix endormies
au fond de nous
et que l’encre contient

comme un feu sous la neige.

Christophe Mahy, la Flamme du seul.
L’Herbe qui tremble, 2014.

 


Dimanche 31 août 2014 | La poésie ce matin | Aucun commentaire


La poésie ce matin (14)

il restera une clairière vide
un corps étendu dans le coin
gauche    à l’orée du bois
sans vie    qui rayonne
une fine lumière    rosée
sur le corps de la morte    prendra
tout

ce sera la morte    rêvée
la morte    en moi
la descendante

Diane Régimbald, L’insensée rayonne.
Le Noroît/L’Arbre à paroles, 2014.

 


Jeudi 12 juin 2014 | La poésie ce matin | Aucun commentaire


La poésie ce matin (13)

 

L’hiver, le plein hiver, ce fut notre saison spacieuse,
de nuit en nuit la reconduction des prodiges :
dès que nous baissions les paupières, où étions-nous ?
où nous allions, nous n’étions pas des étrangers ;
nous partions en voyage, et la preuve,
au retour, ces fleurs, ces hautes vagues qui vacillent,
sur les carreaux le gel avait saisi notre buée,
et nous réalisions l’œuvre nocturne
sans nous y ajouter, en approchant la bouche,
en laissant ruisseler le givre, la lumière
rutiler, nous esquissions alors d’un doigt timide,
peu à peu enhardi, un arbre ou un oiseau,
nous lui donnions dans le jardin le profil d’un navire.
Incessamment coïncideront le bas de la page,
la fin du voyage, le port ni le royaume,
nous ne les possédons, mais l’esprit libre de l’enfance
au creuset du sommeil, au cours des années aussi bien,
persiste malgré nous et nous déborde.

Pierre Dhainaut, l’Autre Nom du vent.
L’Herbe qui tremble, 2014




La poésie ce matin (12)

 

Dans la salle, cette fois, le scandale de la présence éclatait au grand jour. Tous les prétendus se tournèrent vers le vieux mendiant.
– Qui es-tu, étranger ? s’exclama Sese Sekolonial, leur chef.
– « Étranger » ? Tu m’appelles « étranger » ? Alors que personne sur la Terre ne peut dire mieux que moi en cet instant : « Je suis dans mon pays ! »
Pénélopongo, qui, distraite jusque-là par son discours, n’avait pas prêté attention au vieillard, sursauta en entendant sa voix pénétrer ses oreilles.
– Ulysse ! s’écria-t-elle.
– Ulysse Lumumba, frémirent les prétendants.
– Oui, je suis revenu, sur les ailes d’une déesse, pour vous chasser et vous anéantir, vous les prétendants, à commencer par toi, le traître des traîtres, Sese-le-léopard !
Ulysse Lumumba se mit alors à chanter un poème dont les mots s’usèrent par la suite à force d’être répétés, le soir, lorsqu’un ancien raconte cette histoire à ses petits-enfants. La seule trace sûre est constituée de ces trois vers :

La plaine et la montagne
La forêt et le fleuve
Le soleil, les eaux qui pleuvent.

Et avant la fin de ce long poème dont il ne reste aujourd’hui qu’une bribe, les prétendus avaient rejoint le néant. Ils avaient fondu, étaient partis en fumée, comme des corps coupés en morceaux et jetés dans l’acide.
Nul n’a jamais pu décrire les retrouvailles d’Ulysse Lumumba, de sa femme et de son fils. On sait seulement que celui-ci, après quelques heures, demanda à son père :
– Quelle est la déesse, qui après t’avoir abandonné durant quarante ans dans le néant, t’a conduit jusqu’à nous ? Serait-ce Pallas Athéna ?
– Non, ce n’est pas Pallas Athéna, mon fils, c’est l’Histoire.

Laurent Demoulin, Ulysse Lumumba.
Le Cormier, 2014


Lundi 7 avril 2014 | La poésie ce matin | Aucun commentaire


La poésie ce matin (11)

 

DÉJEUNER SUR L’HERBE

sous le trapèze des abeilles
je coupe avec la tranche des caresses
un cerisier qui est un cou de femme
où pendent dix ruisseaux de sel

assise sur une musique d’herbe
elle lit nue un bouquet de tulipes blanches
un faisan court entre les ors
de ses cuisses évadées des gouttières

Ses cheveux donnent des céréales au vent
et l’épervier lui porte une auréole
dans l’œil une chenille joue de la harpe
la lente mélodie du chaud mâchicoulis

ses cils taillent l’aigue-marine
d’une ouverture de nuage
par la magie des joues frottées au marbre
elle sait le sourire des rivières

Hubert Antoine, Tohu-bohu et brouhaha.
Le Cormier, 2013


Samedi 1 juin 2013 | La poésie ce matin | Aucun commentaire


La poésie ce matin (10)

venir scander le jour est un règne d’attente, venir sonner les heures un décompte sans fin, espoir et distraction où le hasard fait mouche, la chute d’une étoile, le verbe qui prend forme, mais le refrain demeure

petits ou grands
corbeaux corneilles
traversent l’œil
plombent le temps

les oiseaux s’en reviennent, l’arbre trace l’escale, la phrase son phrasé, les mots couleur de feuilles s’en vont parler au vent, la terre ouvre ses champs aux accents d’un éveil : un morceau de ciel clair

le temps c’est soi-même on le sait

Philippe Jones, Parenthèses.
Le Cormier, 2013


Samedi 27 avril 2013 | La poésie ce matin | Aucun commentaire


La poésie ce matin (9)

Je viens d’un monde disparu Montréal des autobus bruns des photos noir et blanc dans mon passeport de l’Expo 67 d’un père à cheveux longs je croise Paul Rose à la place Longueuil les bouteilles de vin rouge remises dans un sac de papier derrière un comptoir unique je viens du temps des camps de chasse de la bière à tizoune de toute une peuplade avec des prothèses dentaires des curés frappeurs d’enfants des skidoos jaune banane j’appartiens au peuple le plus pauvre de la planète qui traverse l’histoire dans son boat people linguistique mon existence subventionnée clignote entre les souvenirs perclus de ma francité mon père était Mao Tsé Toung mon grand-père Hô Chi Linh mes oncles Che Guevara et Trotski non mon père était canadien-français passager clandestin en cale sèche de l’histoire je le revois depuis cette enfance à double fond tournant dans l’araignée de la Ronde je suis à sa place après lui dans ce voyage sans commencement adulte dans un manège immobile

Christian Saint-Germain, Tomahawk.
Le Noroît, 2012.


Mercredi 6 juin 2012 | La poésie ce matin | Aucun commentaire