Pour les délicats

L’hôtel Vendôme, rue de la Paix à Paris, dans le premier arrondissement, est destiné aux êtres délicats, peu nombreux, qui trouvent le Ritz un peu vulgaire.

Donald Westlake, Châteaux en esbroufe.
Traduction de Janine Hérisson. Gallimard, « Série noire », 1980.

Tags:

2 commentaires pour “Pour les délicats”

  1. George Weaver dit :

    Il y a certes plusieurs hôtels de luxe à Paris, mais un seul château en esbroufe — traduction correcte, pour ce roman cacophonique au possible, de Castle in the Air.

  2. th dit :

    Oui, la traduction du titre est astucieuse.
    J’avais lu ce livre il y a un bail et j’avais oublié l’aspect tour de Babel. De même le séquençage cinématographique et le côté parodie, à la Blake Edwards, de thriller international, avec le montage alterné Londres-Paris-Rome-Munich du prologue (comme au début de la Panthère rose : Meanwhile, in Paris…).

Laisser un commentaire