La poésie ce matin (15)

 

À la page des champs
au-dehors
ou contre le mur de la nuit
j’en reviens toujours
à ces voix endormies
au fond de nous
et que l’encre contient

comme un feu sous la neige.

Christophe Mahy, la Flamme du seul.
L’Herbe qui tremble, 2014.

 


Dimanche 31 août 2014 | La poésie ce matin |

Pas de commentaire
Laisser un commentaire



(requis)

(requis, ne sera pas affiché et restera top secret)